Désintox thérapeuthique avec du Zappa en neuro feedback

J'ai arrêté les prods de toute sorte lorsque j'ai appris que j'allais avoir un enfant. Je pensais inutilement que ça apportait à la créa et étant bien évidemment entouré d'un tas d'artistes qui faisaient pareil, ayant l'habitude aussi de créer tous ensemble, difficile de passer à côté.

Pourtant, ayant déjà un cerveau surdopaminé naturellement, ce n'était pas vraiment nécessaire. C'est là qu'on réalise qu'un enfant peut provoquer un gros déclic. (Et au passage, une pensée pour notre Hanyo surmenée qui a réussi à nous faire un article qui attendait depuis 4 mois sur son lifeblog de maman avec moult pleurs de bébé en fond sonore). (Il y a également un fond sonore pour cet article mais j'y viens après...).

Donc oui, on se dit que même si avec des parents qui m'avaient longtemps averti depuis mon adolescence et ayant côtoyé la génération oulala, si libre des 70's. De me répéter que la drogue, c'est pas bien... (Non mais j'y arrive au fond sonore... J'y arrive) Eh bien en tant que fils ingrat, ça ne m'a en rien empêché de tester tout un tas de trucs.

Et là, tu te dis que ton gosse t'a donné cette belle prise de conscience et t'a en quelque sorte sauvé la vie mais que comme il est au début de son collège, t'angoisses tout de même pour son futur à lui.

Et puis, j'ai aussi arrêté de boire l'année dernière, parce que fatalement, arrêter des trucs forts sans sevrage à la warrior, ça reporte vers d'autres addictions. Et là pour le coup, il m'a fallu une cure. Même si, ils ont tendance à trop normoformater dans ce genre de centres. (C'est d'ailleurs la base de la fiction inspirée dans ma nouvelle "Passion Parano" qui débute le recueil éponyme).

Encore une fois, c'est toujours montrer un bon exemple à mon fils en trinquant le Breizh Cola à Noël. Même si je n'en suis pas au point d'aller prendre la tête aux envapés de l'alambic, sauf quand ils deviennent trop cons. D'ailleurs, c'est le non sense d'avoir arrêté. Tu remarques mieux les autres dire des conneries et ça te déprime tellement que t'as envie parfois d'aller te mettre une mine plus tard, tout seul chez toi pour oublier à quel point la débilité est aussi désinhibée. Et puis tu réalises que tu fais en fait des trucs comme avant. Que ça n'a pas tant que ça altéré ta bêtise perso. Que t'es capable de créer tout autant qu'avant. Et que de toute façon, rien que l'odeur t’écœure. Même le simple fait de se rappeler du goût.

Il restera donc la cigarette à supprimer essentiellement pour des raisons budgétaires mais aussi parce que le corps, il commence à te dire : "Euh... Steuplé. Ça aussi, j'en ai marre. C'est pas que je crache les poumons mais on commence à se faire vieux non ?".


Arrive alors un moment où... Tu te dis... Mais bordel. Je risque de ressembler à ça ?


Et là... Tandis que tu écoutes Radio Paradise survient inopinément, telle une vieille erreur Windows XP du fin fond de ton passé subconscient embrumé, à l'arrière de ta banquette cérébrale : un brusque délire en neuro feedback... (au passage, j'ai testé ce truc du neuro feedback thérapeutique, j'en parlerai un de ces quatre).

Dans tes oreilles et tout autour du "Chant du psyllo qui supplie, qui joue avec les âmes et ouvre les volets de la perceeeeeeeption" se propage ceci :


Mon premier réflexe a été de regarder ma cigarette (je les roule) et de vérifier ce qu'il y avait dans mon tabac. Parallèlement, je me mettais à rire bêtement tout seul en regardant autour de moi... Je crois qu'il m'a fallu bien 30mn pour redescendre. Je me suis rappelé de l'époque où une amie néo Flower Power des 90's aimait passer du Zappa et se taper toute la bande, vivant dans une autre époque. Défoncée et peace and love.

J'ai même cru à un moment avoir une vieille remontée d'un acide. Et je me disais : Eh beh... Heureusement que j'ai pas ça dans les écouteurs en public avec ma cigarette roulée. (J'ai même une tendance à les rouler en cône).

Et puis je me suis imaginé faire la surprise à quelqu'un qui n'a jamais rien pris en lui proposant un space cake sans le prévenir de ce qu'il y a dedans. De passer le morceau en screud et d'observer la réaction de la pauvre personne qui ne comprendrait absolument rien à ce qui lui arrive...

Et de rire de plus belle toujours aussi bêtement.

Pourtant non. Je n'avais absolument rien pris. A part ma nicotine et les additifs que les fabricants aiment ajouter pour rendre accro, tout comme ils foutent du sucre partout dans n'importe quel produit alimentaire.

Au final, je suis plutôt heureux à présent de profiter de bons délires comme avant et sans la nocivité qui accompagne les dépendances. Et même de me rappeler de vieux souvenirs en me disant que j'ai quand même la chance d'avoir survécu à des situations qui me mettaient en danger.

Et que de toute façon, que tu consommes ou non un truc qui rend dépendant, ça n'empêche pas le monde de tourner malgré la connerie humaine.

Commentaires

  1. Ca fait des années que je m'acharne à dire à mon entourage que non, on n'a pas besoin de clope / alcool / drogue pour s'amuser, pour se détendre, pour quoi que ce soit. Ravie donc que tu sortes petit à petit de tout ce merdier, même si t'as toujours de drôles de goûts musicaux xD

    Bon, sur ce, la petite vient de s'endormir, j'ai le temps de FUMER UNE CLOPE.

    C'est mal je sais.

    Mais bon, voilà quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étant donné les confrontations au stress que tu as, il n'y a effectivement que des fumeurs pour comprendre que t'ailles en griller une ;) (Par contre, je n'avais pas le souvenir de te voir fumer...).

      Le cerveau produit aussi naturellement des trucs avec pas grand chose. La dopamine permet les connections de neurones (et donc les idées). L'endorphine contient tout un tas de trucs comme la morphine naturelle (par un bon repas ou du sexe). L'adrénaline peut également faire du bien. Mais comme pour tout, ça peut devenir dangereux de devenir addict. Et au passage, à ma cure de désintox, y avait une nana qui était là pour un sevrage de médocs... Alors tu vois... ;) (j'ai même parfois peur des gens accro à la caféine... Je les trouve très dangereux et névropathes...).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire